• info
  • réalisation
  • calendrier
  • photos
  • vidéo
  • presse
Afficher les dates de représentations passées

archief

Pas de performances
jeu 29 jan 2009
20.00
première
Anvers
Het Toneelhuis / Antwerpse Kleppers Festival

+32 3 2248844
site web
ven 30 jan 2009
20.00
Anvers
Het Toneelhuis / Antwerpse Kleppers Festival

+32 3 2248844
site web
sam 31 jan 2009
20.00
Anvers
Het Toneelhuis / Antwerpse Kleppers Festival

+32 3 2248844
site web
jeu 5 fév 2009
20.15
sous-titré en français
Courtrai
Cultuurcentrum Kortrijk / Schouwburg

+32 56 239855
site web
lun 9 fév 2009
20.15
Groningue
Stadsschouwburg Groningen

+31 50 3680368
site web
jeu 12 fév 2009
20.00
Gand
Vooruit / in Minard

+32 9 2672828
site web
ven 13 fév 2009
20.00
Gand
Vooruit / in Minard

+32 9 2672828
site web
sam 14 fév 2009
20.00
Gand
Vooruit / in Minard

+32 9 2672828
site web
mer 18 fév 2009
20.15
Malines
CC Mechelen / Stadsschouwburg

+32 15 294000
site web
ven 20 fév 2009
20.15
Leiden
Leidse Schouwburg

+31 900 9001705
site web
lun 23 fév 2009
20.30
Amsterdam
Stadsschouwburg Amsterdam

+31 20 6242311
site web
mar 24 fév 2009
20.00
Louvain
30 CC / Schouwburg / ism STUK

+32 16 203020
site web
mer 25 fév 2009
20.00
Louvain
30 CC / Schouwburg / ism STUK

+32 16 203020
site web
mer 11 mars 2009
20.15
Le Hague
De Koninklijke Schouwburg

+31 900 3456789
site web
mar 21 avril 2009
20.00
sous-titré en français
Bruxelles
KVS / in copresentatie met Kaaitheater

+32 2 2101112
site web
mer 22 avril 2009
20.00
sous-titré en français
Bruxelles
KVS / in copresentatie met Kaaitheater

+32 2 2101112
site web
mar 1 sep 2009
20.30
surtitré en français
Bruxelles
Het Theaterfestival '09 / Kaaitheater

+ 32 2 2015959
site web
mer 2 sep 2009
20.30
surtitré en français
Bruxelles
Het Theaterfestival '09 / Kaaitheater

+ 32 2 2015959
site web
jeu 3 sep 2009
20.25
Amsterdam
NL Theater Festival / Stadsschouwburg Amsterdam

+ 31 20 6242311
site web
ven 4 sep 2009
20.30
Amsterdam
NL Theater Festival / Stadsschouwburg Amsterdam

+ 31 20 6242311
site web

Cacher les dates de représentation passées

Alors que tout le monde attendait l'acteur
qui avait promis de venir souper à la Gentzgasse,
vers onze heures et demi,
après la représentation du Canard sauvage,
j'observais les époux Auersberger depuis le fauteuil à oreilles
que j'occupais quasiment tous les jours au début des années 50,
et je me disais que j'avais fait une terrible erreur
en acceptant l'invitation des Auersberger.
(première phrase du roman Holzfällen de Thomas Bernhard)

Au milieu des années 80, Thomas Bernhard (1931-1989) consacra une trilogie à l'art : Der Untergeher (1983), un texte sur le pianiste Glenn Gould, Alte Meister (1984) sur la peinture et Holzfällen (1985) sur le théâtre. Douze ans après le monologue Oude Meesters , d'après le deuxième volet de la trilogie, Damiaan De Schrijver et Jolente De Keersmaeker pensent que le temps est venu de proposer un nouveau soliloque. Il s'agit de Brandhout. Een irritatie d'après Holzfällen. Eine Erregung.

Les critiques incessantes de Bernhard sur l'Autriche et ses habitants provoquèrent nombre de scandales et lui valurent plusieurs procès. Le roman Holzfällen fut banni immédiatement après son impression. Bernhard se vengea en stipulant dans son testament que ses pièces ne pourraient pas être représentées en Autriche jusque cinquante ans après sa mort. Autrement dit, le public autrichien ne verrait aucune pièce de Bernhard jusque 2038. Cette clause fut cependant annulée plus tard.

Brandhout. Een irritatie a été sélectionné pour l'édition 2009 du festival de théâtre néerlandais TF-1.

« Le théâtre est un compromis, une duperie. Au théâtre, rien n'arrive comme il était prévu à l'origine. » Voilà comment Thomas Bernhard dénonce la critique d'art viennoise de son époque ; dans l'interprétation de Damiaan De Schrijver, cela devient aussi un commentaire sur le monde artistique de notre époque. Au cours d'un souper de minuit en l'honneur d'un grand comédien, De Schrijver prend magistralement la mesure des autres invités artistiques et soi-disant amateurs d'art (et de lui-même), assisté par une souffleuse au timing impeccable. Chargeant délibérément son personnage de temps à autre, se prenant les pieds dans son orgueil, De Schrijver se fraie un chemin entre le monde des illusions et le monde réel. Suffoquant presque de misanthropie et de haine de soi, il fulmine contre tout et contre tous ceux pour qui ne comptent que les apparences. Mais il le fait avec une bonne dose d'humour. Il se tient devant une paroi construite en bois de récupération, placée sur le devant de la scène, ce qui rend la grande salle plus petite et intime.
Le jury applaudit le fait qu'une compagnie ayant l'habitude de se produire dans de petites salles franchit à présent le pas vers les grandes salles.
(jury du festival de théâtre néerlandais TF-1)


Oui, dit l'acteur du Burgtheater,
en se levant et en s'apprêtant à partir,
mettant dans la main de madame Auersberger,
qui s'était levée en même temps que lui,
la tasse à café vidée,
comme je déteste du fond du cœur de telles réunions
dont le seul but consiste
à saccager tout ce qui compte à mes yeux, à traîner dans la boue
absolument tout ce qui a jamais eu la moindre valeur pour moi.
Comme j'aspire en vérité non pas tant à la paix
qu'à être véritablement laissé en paix.

Oui, j'ai toujours pensé, si au moins j'avais pu naître comme un autre
que celui que je suis en définitive,
et si j'avais pu devenir effectivement une tout autre personne
que celle que je suis devenue en définitive,
si je pouvais juste être un homme laissé en paix.
Mais alors que n'aurais pas dû naître de mes véritables parents,
mais de parents totalement différents,
et j'aurais dû grandir dans un tout autre environnement,
librement, en pleine nature, comme je l'aurais toujours voulu, pas dans l'absence de liberté,
de toute façon dans la nature et pas dans le manque de naturel.
Car nous avons tous grandi dans un manque de naturel;
dans l'aliénation pernicieuse du manque de naturel,
pas seulement moi, qui en ai souffert toute ma vie,
dit soudain l'acteur du Burgtheater, mais tout le monde ici, dit-il,
et il se retourna et dit : vous aussi

(extrait de Holzfällen de Thomas Bernhard)

tg STAN speelt "Brandhout. Een irritatie"

Douze ans après l'occasion précédente, revoilà l'acteur Damiaan De Schrijver interprétant un monologue de Thomas Bernhard. Mais il n'est pas tout seul. Sur le plateau du Théâtre Bourla, il est accompagné par sa collègue de STAN, Jolente De Keersmaeker, qui l'épaule et fait fonction de souffleuse. Brandhout. Een irritatie devient ainsi une démonstration chaleureuse de l'art de l'acteur, alors que le texte de Bernhard pose un regard aigu sur « le comédien » et analyse les facettes peu ragoûtantes du monde artistique.
De Schrijver présente un monologue de Bernhard , deredactie.be, Karlien Vanhoonacker, 30/01/09

Brandhout. Een irritatie est la première production réellement réussie d'un texte de Bernhard depuis au moins cinq ans. C'est une comédie preste et foudroyante comme une souricière, un long monologue qui n'ennuie pas une seconde. C'est tout à l'honneur de De Schrijver, qui donne la meilleure prestation de sa vie, mais aussi de Jolente De Keersmaeker, assise en silence sur scène en tant que souffleuse, qui contribue étonnamment souvent à l'humour du spectacle.
U ne comédie preste et foudroyante comme une souricière , De Standaard, Mark Cloostermans, 02/02/09

À mesure que De Schrijver jongle plus ouvertement avec la structure dramatique en mélangeant les rôles du protagoniste, de lui-même et de l'auteur, le monologue se fait de plus en plus drôle. Il est acerbe, désespéré et d'une aimable légèreté.
M erveilleuse tirade contre le verbiage « artistique » au théâtre , Trouw, Hanny Alkema, 13/02/09

d'après le roman 'Holzfällen. Eine Erregung' de Thomas Bernhard

un spectacle de Jolente De Keersmaeker, Matthias De Koning et Damiaan De Schrijver
avec Damiaan De Schrijver
souffleur Jolente De Keersmaeker, Sara De Roo ou Monica Verhofstadt

lumière Thomas Walgrave
technique Raf De clercq, Clive Mitchell, Thomas Vermaercke et Tim Wouters
costumes An D'Huys
traduction Monica Verhofstadt

production STAN

remerciements à Centre Culturel Courtrai CK*

première le 29 janvier 2009, Toneelhuis, Anvers

[ Bois à brûler. Une irritation ] sera présenté uniquement dans des théâtres à l'italienne.