• info
  • réalisation
  • calendrier
jeu 29 septembre 2022
Maubeuge
lun 3 octobre 2022 20:30
Brussel
mar 4 octobre 2022 20:30
Brussel
mer 5 octobre 2022 19:15
Brussel
jeu 6 octobre 2022 20:30
Brussel
sam 8 octobre 2022 20:30
Brussel
dim 9 octobre 2022 15:00
Brussel
ven 14 octobre 2022
Centre culturel régional du Centre
La Louvière
sam 15 octobre 2022
Centre culturel régional du Centre
La Louvière
mar 15 novembre 2022 20:30
Saint-Genis-Laval
jeu 17 novembre 2022 20:00
Yverdon-les-bains
ven 18 novembre 2022 20:00
Yverdon-les-bains
mar 22 novembre 2022 20:00
Théâtre Nationale de Nice
Nice
mer 23 novembre 2022 20:00
Théâtre Nationale de Nice
Nice
ven 25 novembre 2022 20:00
Marseille
sam 26 novembre 2022 19:00
Marseille
Afficher les dates de représentations passées
Pas de performances

archief

Pas de performances

Quelle histoire va-t-on raconter demain ?

Dans Les Antipodes, c’est la question que se posent 9 scénaristes réunis autour d’une table.
Pour dénicher la perle ils ne doivent rien exclure, tout est potentiellement matière à exploiter. Alors qu’ils dissèquent tous les récits de la société, des mythes les plus anciens à leurs histoires les plus intimes, les frontières entre réalité et fiction deviennent poreuses et ils s’enfoncent toujours plus loin à la recherche du monstrueux. Mais dehors la tempête gronde.
Leur temps est limité… Et la pression qui repose sur leurs épaules est énorme.

Au cœur d’une salle d’écriture, Les Antipodes questionne la place qu’occupent les histoires dans un monde en crise.

Mars 2020, lockdown mondial.

Du jour au lendemain tous les lieux de culture et de rassemblement sont fermés. Il n’est plus question de théâtre, de cinéma, de se retrouver dans un bar, un restaurant, même certains parcs sont sous scellés. On se retrouve barricadés à l’intérieur de notre appartement en faisant exploser notre consommation de fiction : séries, films, livres, bandes dessinées...

Mais qui, au juste, fabrique les histoires dont nous remplissons nos journées...?

Nous ne vivons plus vraiment, nous écoutons l’angoisse se répandre de manière virale. À la fenêtre, nous observons. Sur les écrans, nous regardons. Nous voyons le Capitole se faire envahir par un Chaman et sa tribu de complotistes armés. Et là on a l'impression de vivre nous-même dans une fiction. Un déjà vu, un déjà lu… Nous revient en mémoire ce texte génial d’une auteure américaine découvert quelques mois auparavant : The Antipodes de Annie BAKER. L’intuition très forte que ce texte est riche, qu’il parle du monde d’aujourd’hui et qu’il raconte l’air du temps ne fait que se renforcer. 

Une histoire de rencontres, la génèse du projet.

Convaincus par l’objet, nous entrons en contact avec le collectif Cételle, composé de traducteurs et chercheurs universitaires à l’UNICE pour traduire cette œuvre au plus proche du texte original et des sensations ressenties à la lecture. Séduits eux-aussi par cette langue et se reconnaissant dans notre démarche de travail horizontal, ils rejoignent l’aventure. Ainsi, durant une année, nous nous réunissons à 9 autour de notre table virtuelle pour traduire Les Antipodes. Alors, sans l’avoir prédit, nous nous retrouvions exactement dans la même situation que les 9 scénaristes de la pièce. Les débats suscités lors de la traduction et la multiplicité des regards sur l'œuvre ont fondamentalement densifié celle-ci. Cette mise en abîme, en nous révélant ses richesses, était en train de s’instituer en pierre angulaire pour la suite du projet.

Nous invitons Frank Vercruyssen du collectif flamand tg STAN à rejoindre notre table pour réfléchir à la manière de raconter cette histoire aujourd’hui. Ensemble, nous décidons de redistribuer les cartes et de mettre en commun nos atouts. Nous voulons créer une équipe mixte : wallons, bruxellois et flamands de 25 à 60 ans, s’emparant de ce texte contemporain en confrontant nos récits pour trouver notre manière de raconter le monde aujourd’hui.

Le Canine Collectif et le tg STAN, bien qu’issus de générations et de cultures différentes, se rejoignent sur leur approche. Nous envisageons notre métier d’acteur comme celui de créateur : du jeu à la mise en scène en passant par l’écriture, le choix des costumes, de la scénographie : tout est débattu et discuté par les membres du collectif qui prennent part à toutes les étapes de la création. Les Antipodes donne aussi à voir une stratification de la société et un milieu du travail très hiérarchisé qui s’appuie sur l’illusion méritocratique. Pour nous emparer de ces questions et construire notre version de la pièce, nous souhaitons adopter une démarche de travail inverse. Nous prônons l’horizontalité pour questionner la hiérarchie dans tous les domaines, l’artistique inclus. Il était donc évident d’inviter autour de la table des artistes se reconnaissant dans cette méthodologie de travail. Ensemble, nous entendons enrichir nos deux approches en faisant connaissance sur le plateau. Cette manière singulière de travailler trouve une résonance toute particulière dans l’oeuvre choisie : le brainstorming constant sur lequel se construit la pièce nous permet cette mise en abîme sans regard surplombant. Il sert à explorer ces 9 individualités se demandant comment mettre en commun leur imaginaire pour construire une histoire collectivement.

En résumé, Les Antipodes c’est…
2 compagnies - Le Canine Collectif et le tg STAN
2 cultures 2 générations d’acteurs-créateurs

Rassemblés autour de
1 texte contemporain 1 adaptation inédite 1 création collective

Toute société repose sur des mythes.
Alors aujourd’hui, quelle grande histoire voulons-nous raconter ?

texte Annie Baker ('The Antipodes'), traduction française Collectif de traduction Cételle, au sein du laboratoire CTEL de l’Université Côte d’Azur (Nice)
production STAN & Canine Collectif
de et avec Robby Cleiren, Els Dottermans, Bert Haelvoet, Louise Jacob, Colin Javaux, Atta Nasser, David Scarpuzza, Benjamin Torrini, Camille Voglaire
conseil artistique Jolente De Keersmaeker, Damiaan De Schrijver

création musicale Benjamin Torrini, David Scarpuzza, Iwan Van Vlierberghe
création lumière Iwan Van Vlierberghe
costumes Jolente De Keersmaeker, Renild Van Bavel

coproduction De Roovers, Le Central (La Louvière), Théâtre Joliette (Marseille), Théâtre Benno Besson (Yverdon-les-Bains), le Manège Maubeuge, Scène nationale transfrontalière et le Théâtre Les Tanneurs
production déléguée du Théâtre Les Tanneurs avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles – service du théâtre, de Shelter Prod, Taxshelter.be, ING et du Tax Shelter du gouvernement fédéral belge